Deux trois leçons de snobisme

61JHuvmkEdL

«Il y a des choses que certains ne pourront jamais comprendre. Allez leur expliquer le goût inimitable d’un gin tonic quand le soir tombe sur la Méditerranée, le délice d’être à l’arrière d’un taxi parisien qui remonte les rues de la nuit, de voir la neige tomber un matin sur le pont Alexandre III. Somme toute, le snobisme constitue un rempart assez solide contre la barbarie. Il ne faut pas le confondre avec la mode. Il vous hisse au-dessus de vous-même. On nous dira que c’est trois fois rien. Raison de plus pour s’attacher au superflu. »

Aimer la belle vie n’est pas un crime. Il va vous faire aimer le snobisme.

Le snobisme dans le sens des plaisirs de la vie.

L’art de vivre, l’esprit Parisien et Français, la résistance contre la grossièreté et l’inhumanité. Faire ce que les autres ne se permettent pas forcément de faire, et qu’ils jalousent. Le tout avec humour, sans duperie, et dérision. Créer sa propre vision, ses propres moments de « kiff », en dehors des modes, tout en nostalgie et romanesque. Tout le contraire du VIP, du Botox, et voitures de luxe….Savoir aimer ce que l’on aime, sans se soucier du jugement des autres. L’art d’être snob comme art d’être soi-même, c’est ce qu’il nous transmet à travers ces billets d’humeur. J’adhère totalement à cette vision, qui m’éloigne souvent des « place to be » pour préférer mon confort, mon bonheur, mon souffle de vie…

Un plaidoyer à l’élégance, au doux, au soyeux… au chic !

On l’accompagne dans ses flâneries, on repense à ses réflexions lors de nos soirées chez Castel… 101 leçons traitées de façon décalée, qui nous font sourire, le soir à la lueur de notre bougie parfumée. Un éloge pour la frivolité intelligente et contre la société de consommation banale. Condamnation des téléphones posés sur la table du déjeuner, des bistrots branchés sans âme, de la folie des marques, et de la bêtise ambiante. Ôde à la parisienne de Kiraz, aux cannelés du cap ferret, parceque le style ne s’apprend pas, il s’invente. Trouver son propre costume et s’y plaire…. Quand le superficiel devient essentiel et inversement.

Comme lui, je ne conçois pas de faire la queue pour déjeuner, dîner ou boire un verre. Son anecdote sur Jean Pierre Coffe, ce temps qui n’est plus, est délicieuse….

Le snobisme c’est aussi faire la promo d’un livre sorti en 2016.